Le Discernement et le Choix

Le Bien-Aimé Babaji

27 septembre 2012

Le Bien-Aimé BabajiJE SUIS Babaji.

Je suis venu aujourd’hui vous donner mon Enseignement en vous racontant l’histoire suivante.

Il était une fois deux petits oiseaux.

L’un chantait sur l’arbre près de la route devant la maison ‒ là se trouvait son nid, et l’autre chantait dans la maison ‒ il était dans une cage.

L’un chantait vers Dieu et chaque personne pouvait l’écouter et se réjouir des chansons ‒ chaque personne qui marchait le long de la route près de la maison et l’arbre. L’autre était enseigné longtemps, en écoutant des chansons différentes, à les imiter et aussi à faire des numéros différents dans la cage seulement pour un cercle restreint de personnes qui étaient admises à l’écouter pendant un temps défini et d’un droit d’entrée.

L’un chantait sans attendre quelque chose en retour et Dieu prenait soin de lui de la façon la plus magnifique de sorte qu’il avait tout nécessaire de vivre bien, de chanter pour tous les êtres Vivants et de les rendre joyeux. L’autre chantait seulement pour sa subsistance, car seulement quand il chantait, il recevait de la nourriture, et quand il chantait particulièrement bien, il était récompensé de ce qu’il préférait le plus.

L’un chantait constamment, chaque jour, à ravissement puisqu’il était heureux et libre et son âme était joyeuse. L’autre chantait seulement au signal lancé qu’il pouvait commencer à chanter quand des gens se rassemblaient aux heures prévues.

Les deux petits oiseaux chantent !

L’un chante une seule chanson, simple, mais accomplie dans le bonheur et portant les vibrations de l’Amour, Joie et Liberté Divins. L’autre accomplit un riche répertoire qui satisfait les sens du public assoiffé de quelque chose de nouveau. Ses chansons sont pourtant accomplies sans Joie et sont sans connexion avec les mondes Supérieurs.

Chacun fait son choix où aller, quelle chanson il écoutera et s’il écoutera.

Celui qui est dans la Joie et Dieu est dans son cœur sera attiré par la mélodie qui flotte de l’arbre près de la route.

Celui qui cherche toujours quelque chose de nouveau et de mieux paiera à entendre le « riche » répertoire.

Celui qui est chargé négativement, rempli d’apitoiement sur soi, des doutes et de jugement, peut être irrité en passant près de l’arbre et en entendant la chanson joviale.

Celui qui est trop absorbé de ses propres pensées, sentiments et zèles, passera sans même entendre la chanson qui coule à quelques pas de lui, ou s’il l’entend, il la laissera sans attention.

Celui à qui tout le monde est faux peut même avoir l’envie de jeter une pierre pour cesser la chanson.

Les oiseaux et leurs chansons sont une connexion avec Dieu, est-ce que, cependant, aussi les oiseaux qui chantent dans la cage de l’illusion ?

Mes bien-aimés, seulement quand vous acceptez tout tel comme il est, sans jugement, vous pouvez garder votre positivité et harmonie.

Seulement quand vous gardez votre positivité et harmonie, vous pouvez élever votre conscience.

Seulement quand vous élevez votre conscience, vous pouvez acquérir la capacité de discerner le réel de l’illusoire.

Seulement quand vous discernez, vous devenez capables de faire les corrects du point de vue Divin choix dans la vie.

Seulement quand vous faites les choix corrects, vous parvenez à Dieu !

JE SUIS Babaji

 

picture